Stories

Agua Azul

12. March 2016

Suite du tournage de la Nuit de la Glisse 2016, une fois les tournages dans les Alpes achevés, Thierry Donard a monté une petite équipe pour mener une expédition au Mexique pour permettre à Eric Deguil de nous démontrer à nouveau son talent sur une rivière qui n’a encore jamais été descendue en kayak.

 

Athlètes : Éric Deguil - Sofia Reinoso

 

 

Carnet de Voyage – Tournage de la Nuit de la Glisse

Agua Azul

 

Point de vue de Thierry Donard, Réalisateur des films de la Nuit de la Glisse.

 

Athlètes :

Éric Deguil -  Avec trois titres de Champion du Monde de kayak extrême, Éric fait partie des plus titrés en rivière. Il gravite depuis plusieurs années au sein du top 3 en kayak extrême et évolue quasi-quotidiennement au milieu des cascades et autres chutes verticales. C’est sa seconde participation aux films de la Nuit de la Glisse.

Sofia Reinoso -  Sofia est une jeune kayakiste mexicaine talentueuse. Ses parents étaient également des pratiquants et depuis son plus jeune âge elle évolue dans un univers de torrents et de rivières. Aujourd’hui elle passe plus de 300 jours par an dans l’eau.

---

Après un éprouvant début de tournage, je ressentais le besoin de me mettre au vert, cette séquence au Mexique est arrivée au bon moment. Voilà plus de deux ans qu’avec Eric Deguil nous avions parlé de ces rivières mexicaines et que nous rêvions d’aller le filmer sur les rapides d’Agua Azul.

Après une longue préparation nous sommes enfin prêt à mener cette expédition. Et quelle expédition ! Ce n’est pas simple d’organiser un tournage dans une région contrôlée par les zapatistes, nous avons dû rentrer en contact avec beaucoup de tribus locales à qui nous avons demandés des autorisations particulières.

Eric avait aussi besoin d’être accompagné pour évoluer sur ces eaux vives. Sofia Reinoso, une jeune kayakiste mexicain originaire de la province de Vera Cruz, le paradis du kayakiste freeride, s’est donc jointe à notre aventure.

Une fois sur place il a fallu que nous trouvions les bons contacts locaux pour nous permettre de négocier avec les zapatistes pour pouvoir rentrer sur leur territoire. D’un côté de la rivière, le côté touristique, c’est Disneyland, de l’autre les Machetas ! Après quelques heures de négociation et une nuit de délibération nous avons finalement eu l’accord pour traverser la rivière et accéder aux autres bras du torrent.

 

La récompense est immédiate, l’extase : pas de téléphone ni de connexion internet, pas d’électricité, les gens vivent en communauté, ils n’ont ni burgers, ni sodas, ni bonbons pour les enfants… Ils vivent de pêche, de chasse et de culture et semblent se porter très bien.

Nous allons passer quatre jours avec eux, ils nous suivront sur notre tournage, ils vont nous guider et porter nos kayaks, nos caméras et trépieds, cela fait partie de notre arrangement, ça ne nous coûte pas très cher et ils sont contents de participer à notre aventure.

 

Nous nous mettons en marche et rapidement nous avons l’impression de rentrer dans une jungle totalement vierge. Après quelque temps nous découvrons enfin de près cette rivière que jamais personne n’a descendue en kayak.

Les enfants courent dans tous les sens autour de nous, nous n’avons pas vraiment le droit de les filmer mais Eric et Sofia font le spectacle, tout le village est présent pour acclamer leurs exploits ! Cette rivière a rempli ses promesses, les images sont magnifiques, nos riders sont extasiés d’avoir eu un tel privilège et nous garderons tous un souvenir impérissable de cette expédition.

 

En plein milieu de l’hiver, ce voyage a été pour moi une façon de me ressourcer et de garder ma force mentale dont je vais avoir besoin car ce qui m'attend à mon retour et sans doute la scène la plus engagée moralement physiquement que j'ai eu à tourner de ma vie.

---

De retour en Europe, je suis sur la route qui mène aux Dolomites depuis Chamonix. Je ne cesse de repenser à ces lumières, aux moments magiques vécus dans cette forêt vierge. Je pense à ces habitants qui se contentent de peu pour vivre heureux, avec qui nous avons tissé des liens, Eric et Sofia ont forcé leur admiration et maintenant que le contact est établi j’espère pouvoir les revoir un jour et pourquoi pas leur montrer ce que nous avons filmé.

 

Mon esprit me rappelle à l’ordre, je suis soucieux. Je m’apprête à prendre part à un projet fou, je ne suis pas encore certain de donner mon accord pour que ma production s’engage à le filmer mais je fais confiance à mes deux pilotes de wingsuit, je sais qu’eux ne laisseront aucune place au doute. Quand je regarde les autres membres de mon équipe, je lis la tension sur leurs visages, ils se posent tous la même question : est ce que nous rentrerons au même nombre ou pas ?

 

Contactez nous pour obtenir des photos en Haute Résolution et du contenu exclusif: contact@nuitdelaglisse.com